Le Jardin Majorelle

Véritable îlot de calme et de fraîcheur en plein coeur de Marrakech, le jardin Majorelle est une authentique oeuvre d’art vivante. Ce jardin est en effet pensé comme un tableau «où les couleurs de Matisse se mêlent à celle de la nature»*. Il fallut plus de trente ans au peintre français Jacques Majorelle pour créer, avec passion, ce lieu enchanteur qu’il considérait lui-même comme sa plus belle oeuvre.

Jacques Majorelle

Jacques Majorelle, fils du célèbre ébéniste Louis Majorelle, est un peintre orientaliste né à Nancy (France) en 1886. Voyageur insatiable, il s’installe dans la médina de Marrakech en 1919 afin de poursuivre sa carrière de peintre. Il tombe alors sous le charme de la ville et en 1924, il acquiert le terrain qui deviendra le Jardin Majorelle tel qu’on le connait aujourd’hui. Il y fait construire sa villa par l’architecte Paul Sinoir. Influencé par l’architecture mauresque, l’art déco et le travail de l’architecte Le Corbusier, le résultat est d’une étonnante modernité.
Amoureux de botanique, il décide de créer autour de sa villa un sublime jardin tropical inspiré des jardins islamiques. Il l’agrémente au fil des années de plantes exotiques qu’il rapporte de ses voyages. Il constitue ainsi un ensemble d’environ 300 espèces différentes, dont une impressionnante collection de cactus.
En 1937, l’artiste crée le bleu Majorelle, un bleu outremer / cobalt à la fois intense et clair dont il peint les murs de sa villa, puis tout le jardin pour en faire un tableau vivant qu’il ouvre au public en 1947.

Ce jardin reste sans doute l’oeuvre la plus grandiose de Jacques Majorelle et fait de ce dernier l’un des plus importants collectionneurs de plantes de son époque.

La seconde vie du jardin

Laissé à l’abandon après la mort de Jacques Majorelle, le jardin doit son salut à Yves Saint-Laurent et Pierre Bergé qui l’achètent en 1980 pour le sauver d’un projet de complexe hôtelier qui prévoyait sa disparition.
Les nouveaux propriétaires décident d’habiter la villa de l’artiste et entreprennent alors d’importants travaux de restauration pour «faire du jardin Majorelle le plus beau jardin, celui que Jacques Majorelle avait pensé, envisagé»*. La fondation Yves Saint-Laurent – Pierre Bergé assure depuis la pérennité de ce lieu d’exception.

À la mort d’Yves Saint-Laurent en 2008, un mémorial composé d’une colonne romaine ramenée de Tanger fut construit dans le jardin.

L’ancien atelier de l’artiste a été converti en un petit musée sur l’art islamique. Vous pourrez y admirer de beaux tapis, de la céramique berbère, des bijoux… ainsi que quelques toiles et dessins de Majorelle et la série de cartes de voeux sous forme d’affiche intitulé “Love” réalisé par Yves Saint-Laurent lors de ces passages au Maroc.

* Les citations sont extraites du livre : “Yves Saint-Laurent, une passion marocaine” de Pierre Bergé
Consulter le site officiel du jardin pour plus d’informations.

Voir les commentaire